Initiation aux flammes muettes ou illustrées des entrepôts de France 1960-2000.

Initiation aux flammes muettes ou illustrées des entrepôts de France 1960-2000.

Définition d’un entrepôt dans la période précitée.
C’est un bâtiment postal qui n’est pas ouvert au public mais où on peut y déposer des plis dans la boîte aux lettres prévue à cet effet. Cet établissement peut être dans une gare ou près d’une gare. Il peut générer beaucoup de trafic courrier. Les établissements à fort débit sont équipés d’une machine à affranchir de type SECAP (société d’étude et de construction d’appareil de précision).
Les principales fonctions d’un entrepôt :
Echanges des dépêches avec les ambulants ou les convoyeurs.
Traitement du courrier des boîtes aux lettres accolées à la gare et/ou à l’entrepôt.
Traitement du courrier venant d’entreprises pour les grands volumes de plis. Fig.1

Fig.1 Pour cette lettre, le préposé des postes a remarqué l’oblitération SECAP mal positionnée. Il a oblitéré ce pli avec son cachet manuel.

Définition d’une flamme SECAP.
L’empreinte se compose d’une couronne de 24 mm avec un bloc dateur en son milieu et le nom de la ville en son pourtour. Le numéro du département peut y être accolé ou pas. Vient ensuite à la droite ou à la gauche de la couronne, une flamme. Elle peut être muette (5 lignes ondulées en forme de vague) ou illustrée (un texte encadré ou pas, un dessin encadré ou pas). Pour la période qui nous intéresse, elle est imprimée sur le pli par une machine de type S.E.C.A.P en très grande majorité.

Définition d’une flamme.
Le nom de flamme provient de la première illustration à côté d’une couronne qui avait la forme d’un drapeau (oriflamme) Fig.2. Elle était apposée par une machine Bikerdike dans les années 1898-1905 à Paris.

Fig.2

Mutation au milieu des années 60.
Le numéro du département va être ajouté dans la couronne. La majorité des entrepôts sera codée avant 1970, mais on connaît par exemple Aurillac ou Tourcoing non codés à la fin des années 70.

Mutation au début des années 70.
Quelqu’un au ministère des PTT a eu une merveilleuse idée en donnant l’ordre de placer du côté droit de la couronne, les flammes. Pour le coup, la couronne n’oblitérait plus le timbre et y était très lisible (la date faisant foi), par contre la lisibilité de la flamme était en partie occultée par le timbre.

Heureusement, le bon sens a prévalu et les flammes sont revenues du côté gauche, cela a mis quand même une dizaine d’années pour se faire.
Un rappel est venu se placer au bas de la flamme. Il comporte le nom de la ville et la date (la date fait foi) mais cela n’est pas constant. Il peut n’y avoir qu’une partie du rappel. Pour les entrepôts, ce rappel se rencontre au début des années 80.

La fin des entrepôts.
La suppression des lignes des ambulants et des convoyeurs lignes ont entrainé de fait la disparition de la majorité des entrepôts. A partir de 1976, ces suppressions de la poste ferroviaire vont s’accentuer jusque 1995 date de leur disparition quasi complète. L’automatisation du tri courrier, les TGV postaux et l’avion ont rendu obsolète ce type d’acheminement du courrier.
Les convoyeurs-lignes vont être les premiers à disparaître et avec eux les entrepôts qui jalonnent ces lignes. Dans le même temps, tous les personnels des PTT qui étaient rattachés à ces entrepôts, seront reclassés sur d’autres sites des PTT avec indemnités ou en départ anticipé à la retraite dès 55 ans. Pour exemple, les convoyeurs lignes du département du Nord d’Aulnoye à Lille et de Jeumont à Paris disparaissent. Conséquence: les entrepôts d’Aulnoye et de Maubeuge sont fermés en 1980. Quelques gros entrepôts vont cependant continuer à tourner au delà de 1995: par exemple, l’entrepôt de Douai avec une  flamme a son actif en 2001 mais c’est le dernier chant du cygne! Ensuite ne semble concernée que la ligne Paris-Marseille: l’entrepôt de Macon en service en 2004, Valence en 2007 ou celui d’Avignon en 2010. On ne verra plus d’empreintes mécaniques, seulement des empreintes manuelles pour ces derniers entrepôts.

Les variétés
Une flamme peut être muette ou illustrée.

Une flamme muette peut avoir les lignes ondulées inversées.

  Vagues en forme de W

       Vagues en forme de M

Une flamme (muette ou illustrée) peut être à gauche ou à droite.

Le département peut être non codé ou codé.

Une flamme peut n’avoir qu’une partie du rappel.

                                  Pas de mention de date                                               Pas de mention de l’entrepôt

On peut trouver d’autres variétés : dateur à l’envers, couronne à l’envers, erreur dans la date, faute d’orthographe, étoile à la place de l’heure…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *