Initiation aux flammes des gares 1907/2008

Initiation aux flammes des gares 1907/2008

Plusieurs machines à oblitérer ont été utilisées pour un siècle de bons et de loyaux services. L’emploi de ces machines devait allier maniabilité et rapidité pour oblitérer les plis. Toutes vont utiliser l’énergie électrique sauf la machine Daguin qui est utilisée de façon manuelle.

L’oblitération manuelle avec un cachet dateur est de facto dans un bureau-gare mais au delà du ratio: facteur multiplié par un nombre de courrier à traiter, une ou plusieurs machine à oblitérer sont attribuées à ces centres de tris.

Entre modernisation et restructuration, les gares vont, tout comme les entrepôts, perdre la présence des PTT en leurs seing. De nouvelles méthodes de tris s’imposent avec des machines qui remplacent l’humain. Celui-ci ne peut rivaliser avec les cadences de tris qu’impose une machine. Les fermetures des centres de tri dans les gares commencent dans les années 1975 et s’intensifient au fil des années. à ce jour, la dernière flamme vue par mes soins date de 2008 à la gare de Châteauroux dans le département de l’Indre. Une nouvelle dénomination viendra remplacer les Bureaux-gares: les CTC (centre de tri courrier) ou CT (centre de tri). Ces nouveaux établissements des PTT vont souvent quitter l’enceinte des gares devenue trop exiguë pour se fixer dans des bâtiments en dehors des villes et accoler à de grands axes routiers ou ferroviaires. 

Machine Krag 1ère génération

onze gares ont utilisé cette machine mise en service de 1907 à 1934. Oblitération présentant 4 ou 7 lignes droites. Le dateur se lit sur 4 lignes et le mois est en lettres sur la deuxième ligne. Il est possible de  rencontrer cette oblitération sans dateur pour oblitérer un pli du jour de l’an. 

Paris gare de PLM et Paris gare de L’Est seront les seules gares a utilisé les deux types à lignes droites. PLM=Paris Lyon Méditerranée.

Machine Chambon

J’ai trouvé huit gares qui ont utilisé cette machine de manière sporadique ou intensive sur une période allant de 1911 à 1921. Toutes les flammes sont au modèle ci-dessous.

Machine Garcia

Quatre gares ont utilisé cette machine pour une période allant de 1914 à 1926. Toutes les flammes sont au modèle ci-dessous.

Machine Flier

vingt cinq gares ont utilisé cette machine pour une période allant de 1918 aux années 50.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est a-446.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est a-220.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est a-264-1024x293.jpg.

Machine Daguin

Cette flamme peut être à droite ou à gauche. Ces Daguins avec une flamme apparaissent en 1923 et en 1940, elle disparaissent complètement des gares. En 1946, certaines sont remises en service pour une durée allant jusqu’à fin 1950. Dix sept gares ont usé de ces machines manuelles.

1936

Un point de litige divise les collectionneurs: les flammes de ces deux traversées. Daguin ou pas Daguin, la question reste posée.

Machine Krag 2ème génération

Cette machine a un dateur caractéristique, puisqu’il se présente sur une seule ligne. On rencontre ces flammes des années 20 aux années 1960. Vingt quatre gares ont utilisé cette machine.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est a-52-1024x240.jpg.
Tours gare avec flamme muette en port payé.
Mézières-Charleville gare sans la mention du département.
Mézières-Charleville gare Ardennes.
Orléans gare: flamme « goutez un cigare de choix le patriota », « fumez des cigarettes gitanes ».

Machine RBV

Cette machine apparait dans les années 1930, elle est fortement utilisée dans les gares jusque la fin des années 1950 pour être supplanter par la machine Sécap. Dommage car c’est elle qui a les visuels les plus lisibles. On la trouve en P.P. Le dateur sur, d’abord, 4 lignes et ensuite sur 3 lignes. Vingt six gares ont utilisé cette machine.

Flamme muette.
Dateur sur 4 lignes.
Dateur sur 3 lignes.

Machine Frankers-Sécap

Cette machine est utilisée de 1941 aux années 50. La flamme est toujours à droite. Le côté droit de la couronne semble écrasé pour aller vers une forme ovoïde. Six gares ont utilisé cette machine.

Machine Sécap

Cette machine apparait en 1950 et se généralise partout en remplaçant toutes les autres machines en service petit à petit. La flamme peut être à droite ou à gauche. Les P.P. (port payé) sont très nombreux. Après 1960, la Sécap deviendra la machine de référence dans toutes les gares du fait de sa grande fiabilité et à sa facilité d’utilisation.

Pour les flammes Sécap, il y a les flammes permanentes qui peuvent rester en activité jusqu’à dix années à plein temps ou sporadiquement et les flammes temporaires utilisées dans un temps limité: de quelques jours à plusieurs semaines. Il ne faut pas trop se focaliser sur leurs dates d’activités car beaucoup sont restées en usages bien après leurs dates supposées de retrait.

Une des premières Sécap à flamme à droite muette(muette= sans texte ou dessin), apparue dans une gare
Sécap à flamme à gauche muette.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est a-35.jpg.
Flamme en port payé, non codée(sans le numéro du département).
Flamme en port payé, codée(Codée=avec le numéro du département).
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est a-152.jpg.
Flamme à gauche, non codée.
Flamme à droite, codée.
Sécap double cercles.

Machine Thoshiba

Cette machine apparait vers 1973.

D’autres machines ont été testées mais elles n’ont pas retenu l’attention de La Poste dans la durée. Pour exemple: la machine Hotchkiss-Brandt.

Biblio

8 thoughts on “Initiation aux flammes des gares 1907/2008

  1. Article très intéressant et qui semble assez complet pour des collectionneurs passionnés par toutes ces oblitérations ferroviaires. Bravo pour le travail de recherche et de collecte fourni et merci à vous.

  2. Superbe exposé intéressant sur les oblitérations de gares récapitulant les différentes machines utilisées. Beau travail de recherche. Merci pour toutes ces informations
    Jacques ROLLAND

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *