La poste ferroviaire entre la France et la Sarre 1920/1989

La poste ferroviaire entre la France et la Sarre 1920/1989

Article modifié le 04/07/2023.

https://www.numistral.fr/ark:/12148/btv1b10224817s/f1.vertical.r=sarre%20SDN

https://www.numistral.fr/ark:/12148/btv1b10224817s/f1.item.r=sarre%20SDN.zoom

1/Histoire

2/Poste ferroviaire

  • 1920/39.
  • 1948/89.

1/ Histoire

La Sarre, la plus francophile des lands allemands, a une longue histoire avec la France. Elle fut tour à tour sous le régime français et sous le régime allemand. Louis XIV y mena des campagnes militaires et c’est ainsi que la première administration française s’installa en Sarre pendant 17 ans, ensuite elle est rendue au duché de Lorraine. En 1793, la révolution française s’invite en Sarre et la transforme en un département français dont Trèves est la préfecture, le règne de Napoléon 1er commence. Il s’achève en 1815 avec la fin du congrès de Vienne et les Cent jours, la France se trouve ramenée dans ses frontières de 1790. La Sarre est intégrée à la Prusse puis en 1871 à l’Empire allemand. 

La première guerre mondiale entraîne la Sarre dans la défaite. La France réclame des dommages de guerre dont la cession des mines de la Sarre fait partie. En 1920, le traité de Versailles est appliqué. Le territoire de la Sarre est détaché de l’Allemagne, pour être renommée Sarregebiet et passe sous administration de la Société des Nations (SDN) pour une durée de 15 ans, dont le mandat est remis à la France. A la fin de la guerre le réseau ferré allemand est intact, celui de l’Alsace-Lorraine idem. Les wagons de minerai vont pouvoir circuler de la Sarre vers les haut fourneaux français. 

Le premier mandat coure du 25/11/1918 au 01/03/1935.

Ecrire que cette occupation française fut une catastrophe n’est pas une vaine phrase. La population sarroise rejeta en bloc les fonctionnaires d’occupation, l’arrogance des divers représentants des armées, les troupes d’occupation dont les soldats noirs ont accentué la crispation souvent sans en avoir conscience: l’Allemagne avait perdu ses deux colonies africaines (le Cameroun et le Togo) prises de guerre pour l’Angleterre et la France. Dans le contexte du début du XX siècle, pour l’européen, l’homme noir était au mieux infantilisé, au pire, comme faisant parti du règne animal. Il y avait une rumeur qui bruissait, aux dépends des tirailleurs sénégalais. On les accusait de confectionner des colliers avec des oreilles découpées sur les corps des soldats allemands morts au front. Sauf que les tirailleurs sénégalais ne sont pas allés en Sarre mais ce sont des troupes coloniales marocaines qui s’y installèrent, amalgame avec la couleur de peau, bref une sale campagne d’opinion raciste. D’autant que nombres de soldats prisonniers allemands étaient gardés par les troupes coloniales. Pour ces prisonniers, le commandement était inversé et l’injustice probante, jusqu’au dernières heures c’étaient eux qui donnaient les ordres au peuple noir. Il y eu également des viols sur des allemandes par des soldats des troupes coloniales, drame condamnable, mais monté en épingle par des locaux (presses, intellectuels, cinéma, leaders d’opinion)qui trouvaient là, des occasions de dire toute leur haine contre la France avec ses troupes d’occupation.

La tension monta encore d’un cran en 1919, au cour d’une manifestation due au mauvais ravitaillement, la troupe tira sur la foule, tuant huit civils. Puis d’autres vexations se greffèrent au ressentiment. Saluer le drapeau français, descendre du trottoir pour laisser passer les militaires français, alignement des horloges sarroises sur l’horaire français etc. L’Allemagne était vaincue et les troupes française tenaient à lui faire comprendre. 

De l’autre coté de la frontière allemande, il y avait un sentiment anti allemand vivace. La France venait de sortir de quatre années de guerre sanglante due à la première guerre mondiale. Son objectif était de repousser le plus loin possible les frontières de la Germanie. L’Alsace et la Lorraine étaient revenues dans le giron français et plus aucun adulte ne voulait revivre l’enfer de cette boucherie. Cette idée du mandat de la SDN (Société Des Nations) convenait parfaitement aux départements longeant la frontière allemande. Cela garantissait au moins 15 années de paix. Dès le début des années 1930, des lobbys français se mirent en action pour que la Sarre ne réintègre pas le Reich.

Enveloppe de 1933 oblitérée au bureau de poste de Monneren en Moselle.

Au bout des 15 ans, les sarrois durent choisir leur destin avec trois possibilités:

  • Le rattachement à la France.
  • Le statu quo au sein de la S.D.N.
  • Le rattachement à l’Allemagne.
Lettre à entête: référendum de la ligue des nations pour la Sarre.

Ce plébiscite eut lieu le dimanche 13/01/1935. Les habitants de la Sarre votèrent à 90.8% le rattachement à l’Allemagne.

Le 01/03/1935, les timbres allemands avaient de nouveau cours en Sarre. A la joie du rattachement, une partie des sarrois déchantèrent rapidement. Le parti nazi pris rapidement les choses en mains, interdiction des partis politiques, privation de la liberté d’expression, exactions et persécutions à l’encontre des juifs. Vint la seconde guerre mondiale. En 1940, la France avait lancé ses régiments sur la Sarre et un exode commença pour les sarrois. Cette occupation ne dura que quelques semaines avant que l’armée allemande ne boute les soldats français hors de ses frontières.

La Sarre sera bombardée par les alliés, 90% des bâtiments de Sarrebruck seront détruits. En 1945, ce land est exsangue. Les moyens de transports connaissent une amélioration sensible en Sarre. De 100 km de voies de chemin de fer exploitées en Juin 1945, ils passent à 800 en Décembre. On est loin cependant, des 1.600 km de 1939. Quand à l’Alsace et la Lorraine, tous les ponts sont détruits, les grandes artères ferroviaires également. L’armée américaine et française vont s’unir pour remettre en état le réseau ferroviaire, aidées par les cheminots et des prisonniers allemands. Des sociétés françaises et Suisse seront également de la partie pour rétablir les liaisons ferroviaire inter-état. 

Ouvrages d’art détruits au 01/02/1945:

https://openarchives.sncf.com/archive/0238lm0055005

0238LM0055-005

Le deuxième mandat court du 10/07/1945 au 31/12/56.

Certaines leçons du premier mandat furent retenues, ainsi au début de 1946, Ia France propose de faire de la Sarre un Land autonome au sein de la Z.F.O. (Zone Française d’Occupation). Un comportement plus responsable et rassurant s’engage avec la population sarroise. Bien sûr, la dénazification a battu son plein et plus de 1800 personnes sont expulsées de ce Land mais il n’est plus question de nier l’âme allemande des Sarrois. 

Le territoire de la Sarre est détaché de la zone d’occupation française en Allemagne et constitue, depuis 1947, une union douanière, économique et monétaire avec la France. Le gouvernement régional de la Sarre jouit d’une autonomie politique mais demeure néanmoins sous la tutelle d’un représentant de la France, le haut-commissaire Gilbert Grandval. La reconstruction des villes s’accélèrent et le soutien alimentaire normé. les premières élections législatives ont lieu en 1947.

Vidéo en allemand:

https://www.cvce.eu/collections/unit-content/-/unit/02bb76df-d066-4c08-a58a-d4686a3e68ff/556cb8ea-3962-4e8c-9b1d-397f4f769404/Resources#866b837a-89a8-4a91-86e2-7b78f384cd7a_fr&overlay

Le début des années 1950, va commencer avec des tensions entre la France et La RFA qui demande la réintégration de la Sarre au sein de la République Fédérale Allemande. Même si la RFA tape du poing sur la table et du pied dans la porte pour faire entendre sa voix, elle sait que le référendum approche et que tous les sondages tendent vers l’unité allemande.

Le plébiscite arrive et donne à plus de 67% un rattachement à l’Allemagne, la Sarre devient le dixième land de la RFA. Le 06/01/1957,le Deuche Marck a court en Sarre.

Vidéo en allemand rendant compte des festivités à l’occasion du rattachement à l’Allemagne:

https://www.cvce.eu/recherche/unit-content/-/unit/5cc6b004-33b7-4e44-b6db-f5f9e6c01023/6ab611e4-b37f-4d33-a1e0-ba8869997c9e/Resources#384085f8-2446-4c6a-9836-e9b26111d05a_fr&overlay

1945, première année de la reconstruction du réseau ferroviaire français.

Pour la région qui nous concerne:

La ligne Bening à Stiring-Wendel à été remise en service le 10/09/1945, cette ligne permet de rejoindre Sarrebruck.

Le souterrain de Sarreguemines étant obstrué par ses deux têtes, une déviation emprunte la ligne de Sarrebruck à Sarreguemines.  

Le pont de Sarreguemines sur la rivière Sarre a cinq arches mis à terre représentant une coupure de 75m. Dès le 28 mars 1945, la circulation est rétablie sur une voie par les américains. Cette ligne est indispensable aux armées alliées pour rejoindre le territoire allemand.

2/Poste ferroviaire:

Une ligne directe de poste ferroviaire Paris-Sarrebruck s’est avérée vitale aux entreprises installées en Sarre pour les échanges commerciaux centralisés entre l’Est et les régions au nord de Paris principalement. Idem pour l’administration, grâce au chemin de fer, la rapidité des échanges de courrier était probant.

Entre 1920 et 1939, tous sont des convoyeurs français. Les liaisons s’arrêtent à la fin du premier trimestre 1939 à cause du conflit qui se prépare entre la France et l’Allemagne. Entre juillet 1940 et fin 1944, c’est la Deutsche Reichsbahn qui gère les chemins de fer de l’Alsace-Lorraine.

En 1945, des liaison se rétablissent entre la France et l’Allemagne. Les grandes lignes sont priorisées car on manque de tout après cette guerre. Les destructions sont immenses en Alsace, on manque de charbon, tout est rationné. Le premier ambulant Paris Sarrebruck apparait en 1948 et le premier convoyeur Metz à Sarrebruck en 1949.

  • 1920/39

Bettlainville à Merzig en aller et retour.

Merzig se trouve en Sarre. Cette  ligne n’existe plus en 1960, la voie a été déposée.

Haguenau à Saarbrücken en aller et retour.

Je ne possède pas cette oblitération.

Metz à Sarrebruck en aller et retour.

Note: les oblitérations existent avec 1 ou 2 étoiles dans la couronne ou sans étoile.

Nancy à Sarrebruck en retour.

Je ne possède pas cette oblitération.

Metz à Sarrebruck en retour.

A ma connaissance, c’est la seule oblitération de type ondulé avec le terminus à Sarrebruck dans cette période.

Je ne possède pas cette oblitération.

  • 1948/89
Sur cette carte de 1960, tout ce qui est en pointillé rouge correspond aux lignes de C. de F. qui ont disparu. Soit les lignes ont été déposées soit elles n’ont pas été reconstruites après la seconde guerre mondiale. Les petits rectangles rouges sur les lignes rouges correspondent à des gares ou à des haltes.

Ambulant Paris à Sarrebruck.

Créé en mai ou juin 1948 et semble perduré jusque 1963. remplacé par un convoyeur Metz à Sarrebruck puis par un service de convoiement Paris à Sarrebruck.

Trajet: Paris gare de L’Est, Epernay, Chalons sur Marne, Verdun, Metz, Remilly, Forbach, Sarrebruck.

Pour les rapides: Paris gare de l’Est, Epernay, Chalon sur Marne, Bar le Duc, Lérouville, Metz, Remilly, Forbach, Sarrebruck.

Aller, vu brigade C: signalé 18/07/1949

Je ne possède pas cette oblitération

Retour, vu brigade B/C/D. Vu 1948/49.

Expéditeur de l’Hospital, près de Béning.

 

Lettre du 08/12/1949. A l’intérieur, la missive du 06/12 est à l’entête de Coblence.

Ambulant Paris à Sarrebruck 2ème

Service de nuit

Aller, vu brigade 2°B et 2°C. Vu 1952/54.

Retour, vu brigade 2°B et 2°C. Vu 1950/55.

Il est signalé l’oblitération Paris à Sarrebruck sans dateur utilisé par le service de formation du personnel ambulant de la ligne de l’Est après la suppression de cet ambulant.

Note:

La SPAL indique que cet ambulant a été créé le 09/05/1948. Au printemps 1957, cet ambulant avait son terminus à Metz. Il est supprimé le 01/07/1958, et il est remplacé par l’ambulant Paris à Metz.

Une autre source donne cette explication:

Source: encart sur la fermeture de l’ambulant Paris à Metz. Rémy Plagnes.

Pourtant l’association allemande « ArGe Bahnpost » publie une oblitération Sarrebruck à Paris 2ème à la date du 13/04/1963.

Quand à moi, j’émets une hypothèse: un ambulant puis un convoyeur. Les dates s’enchaînent de 1948 à 1989. 

Convoyeur:

Metz à Sarrebruck.

Trajet; Metz, Remilly, Forbach, Sarrebruck.

Retour uniquement, signalé du 15/07/1949 au 18/09/1958.

Fragment.

Metz à Sarrebruck, couronne type ambulant, dateur avec une étoile mais à considérer comme un convoyeur.

Aller, vu uniquement cette date.

Retour, signalé du 08/08/1951 au 13/06/1957.

Note: les deux types de couronnes (ambulant et ondulée) ont circulé simultanément.

Metz à Sarrebruck, couronne type ambulant, dateur avec deux étoiles dans la couronne mais à considérer comme un convoyeur.

Aller, signalé 05/08/1963

Retour, signalé 1963/1967.

Paris à Sarrebruck

Note: un service de convoiement est une autre dénomination pour convoyeur.

Aller, signalé 1969/89, brigade A/B/C/D. Service de convoiement. 

Retour, signalé 1969/89, brigade A/B/C/D.

Biblio:

Liens:

https://www.cvce.eu/recherche/unit-content/-/unit/5cc6b004-33b7-4e44-b6db-f5f9e6c01023/6ab611e4-b37f-4d33-a1e0-ba8869997c9e/Resources#866b837a-89a8-4a91-86e2-7b78f384cd7a

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sarre_(protectorat)

https://allemagneenfrance.diplo.de/fr-fr/actualites-nouvelles-d-allemagne/actualites-des-relations-franco-allemandes-seite/-/2506038

https://www.cvce.eu/recherche/unit-content/-/unit/02bb76df-d066-4c08-a58a-d4686a3e68ff/556cb8ea-3962-4e8c-9b1d-397f4f769404

https://classe-internationale.com/2022/10/26/la-sarre-le-plus-francais-des-landers/

https://journals.openedition.org/rha/6333

Associations philatéliques sur les oblitérations ferroviaires de l’Alsace/Lorraine:

https://spal-philatelie.blogspot.com/

http://www.bahnpostmuseum.eu/index.html

2 réflexions sur « La poste ferroviaire entre la France et la Sarre 1920/1989 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *