Fourmies, Nord. Marcophilie 1ère partie (1794-1918)

Fourmies, Nord. Marcophilie 1ère partie (1794-1918)

Monographie marcophile sur la ville de Fourmies, Nord, département 57 puis 59. France.

Plan:

Préphilatélie.

01/01/1849: le timbre poste entre en service.

Boites rurales et urbaines.

Télégramme.

Daguin.

Poste ferroviaire.

1ère guerre mondiale.

Tarif frontalier.

Bande de journal.

P.P. journaux.

Mémorandum du type 15 au type 04.

Infos sur la ville de Fourmies jusque 1918.

Liens et biblio.

Préphilatélie:

Lettre du 06 thermidor an 2 qui correspond au 24/07/1794. Pli confié à un transporteur privé de Fourmies à Lille. Demande de règlement pour une facture de tabac. Expéditeur: famille Staincq. 1774 : première filature de lin « retors et blanchis » à la façon de Hollande créée par Jean Staincq et Nicolas Legrand.
Cursive 57 Avesnes, 21/09/1822. Ce type de griffe est connu de 1725 à 1830. Le contenu de cette lettre est une commande de fils à dentelle adressée à Espéraza près de Limoux. Port: lettre de moins de 6g. jusqu’à 1000km. total: 10 décimes. Expéditeur: entreprise Legrand. Le bureau de poste de Fourmies n’ouvrira qu’en 1844.
Cachet de type 12 Avesnes, (ici sans « S ») 15/02/1835. Ce type d’oblitération est connu de 1830 à 1838. Port: 11 décime. Le 1 décime correspond au parcours du courrier de Fourmies à Avesnes. Les 10 décimes correspondent à un poids de 7.5g pour une distance de 900km. Le contenu de cette lettre est une commande de fils à dentelle adressée à Espéraza près de Limoux. Expéditeur: entreprise Legrand.
Cachet de type 13 Avesnes 16/08/1842. Ce type d’oblitération est connu de 1838 à 1845. Le cachet encadré CL correspond à une correspondance locale. La puce Y est affiliée à la boîte aux lettres de Fourmies relevée par le facteur rural. Le 1 décime correspond à la taxe locale du courrier de Fourmies à Avesnes. Le nombre d’habitants à Fourmies en 1842 est de 2600.
L’ouverture du bureau-recette de Fourmies est active le 01/11/1844. Cachet de type 15. Lettre du 10/07/1845 pour le département du Doubs. Port: 7 décimes pour un pli jusqu’à 7.5g sur une distance de 400km, 1 décime rurale pour le port de Montbéliard à Audincourt.
Cachet type 15. Lettre du 03/01/1849 pour Lille. Port: 2 décimes (soit 20 centimes) pour un pli jusqu’à 7.5g de bureau à bureau. Tarif uniforme pour toute la France. La distance pour le prix du port est abrogée. Lettre de Théophile Legrand pour une demande de peignes pour machine du système Poupillier.

01/01/1849: le timbre poste entre en service en France.

Auparavant quand vous envoyiez un pli, c’est le destinataire qui réglait le port. En 1849, le timbre poste apparaît et c’est l’expéditeur qui règle l’affranchissement mais vous pouviez toujours envoyer un pli non revêtu d’un timbre. Le 01/07/1853 un tarif préférentiel, à titre d’essai, est promulgué à Paris. Les usagers utilisent un timbre sur leur correspondance de Paris à Paris avec un tarif moins cher par rapport à celui des lettres non affranchies. Le 01/07/1854 l’usage est généralisé à toute la France de bureau à bureau, ainsi il devient plus économique d’affranchir son courrier que de recevoir du courrier en port dû. Les entreprises y virent rapidement leur intérêt. Le 01/01/1863, le tarif préférentiel à l’affranchissement est étendu à la poste locale de province.

Cachet type 15. Le règlement des postes impose l’oblitération du timbre par une grille de 1849 à 1851. Port: tarif du 01/07/1850, 25c pour les lettres jusqu’à 7.5g de bureau à bureau (Fourmies à Louvignies).
Cachet type 15. Grille avec petits chiffres en activité de 1852 à 1862. La nomenclature des bureaux de postes a été listée par ordre alphabétique et numérique. Le numéro 1323 correspondant au bureau de poste de Fourmies. Une lettre affranchie avec un timbre coûte 20c à contrario une lettre non affranchie coûte 30 centimes. Tarif: 20c de bureau à bureau du 01/07/1854. Lettre de la filature Théophile Legrand.
Cachet type 15. Grille avec gros chiffres en activité de 1863 à 1868. Avec la venue de nouveaux bureaux de poste, la liste numérique a évolué et Fourmies se trouve avec le numéro 1567. Tarif du 01/07/1854. Lettre de réclamation de la filature Clavon-Jeune.
Cachet type 15. Grille avec petit chiffre de gros chiffre. Recyclage des anciens cachets « petits chiffres » remis aux communes avec une forte affluence de courrier. Cet ancien cachet appartenait à la ville de Jâlons dans la Marne. Tarif du 01/07/1854. Filature Jacquot-Rennesson-Ravaux & Compagnie pour une commande de matériels.
Timbre émission de Bordeaux. Cachet type 17 en activité de 1868 à 1878. Tarif du 01/04/1854.
Cachet type 17. Lettre de 1876 émanant de la filature Flament. Tarif à 25c du 01/09/1871.
Cachet type 18. Ce type est connu pour Fourmies de 1879 à 1885. Lettre de 1881, tarif du 01/01/1879 à 25c pour la Belgique.
Cachet de type 1884 A1. Le type A1 se reconnaît au mois qui est en caractère romain. Tarif des cartes postales 10c.
Cachet type 1884 A2. Le type A2 se reconnaît car le mois est en caractère bâton. Lettre de 1898 pour Reims, tarif du 01/05/1878 à 15c .
Cachet de type 1884 A3. le type A3 se reconnaît car le mois n’est plus écrit en lettres mais en chiffres. Ce sous type apparaît en 1901. Tarif du 01/05/1878 à 15c .
Cachet de type 1884 A3 C. Couronne plus grande et généralement 16 tirets dans la couronne intérieure. Lettre recommandée tarif à 40c.
Cachet de type 1904 A4. Tarif du 01/05/1910, papier d’affaire jusqu’à 20g: 5c. Cette fabrique se situait rue Théophile Legrand. Elle sera réquisitionnée par les allemands , pendant la première guerre mondiale, dès leur arrivée à Fourmies.

Boites rurales et urbaine:

https://losangeschiffres.pagesperso-orange.fr/tarif-local-1830.html

Boites rurales

Filature Guillain et Dépret de Wignehies. La lettre est mise dans la boîte aux lettres située à Wignehies. Elle est ramassée par le facteur qui appose la puce OR pour origine rurale. Elle est ensuite remise au bureau de poste de Fourmies qui la transmet pour Montbéliard à remettre à la famille Peugeot. Tarif de bureau à bureau: 2 décimes = 20 centimes
Port: tarif du 01/07/1850, 25c pour les lettres jusqu’à 7.5g de bureau à bureau. Cachet 25 dit double traits. Puce A qui correspond à la boîte rurale de Wignehies. Puce apposée par le facteur lors de sa tournée. Le facteur ramasse ce courrier qu’il remet au bureau de poste de Fourmies pour son envoi vers Lille. Le nombre d’habitants à Fourmies en 1850 est de 2400.
Puce B qui correspond à la boîte rurale de Féron. Puce apposée par le facteur. Le 1 décime correspond à la taxe locale du courrier de Féron vers Fourmies. Le nombre d’habitants à Féron en 1853 est de 630.

Boites urbaines

S’il y avait des boîtes rurales, il y avait également des boîtes aux lettres éparpillées dans les grandes villes dites boîtes urbaines. Le courrier y était déposé par les usagers et ramassé par les facteurs lors de leur tournée. A la différence des puces rurales qui sont rondes, les puces urbaines sont encadrées. Sont connues à Fourmies les boîtes urbaines A, B et C sans que l’on connaisse exactement leur emplacement dans Fourmies. Elles sont implantées assez loin du bureau de poste principal, nous pensons à Trieux, la Marlière ou à Sommière de Montplaisir. Le nombre d’habitants en 1874 dépasse les 10 000.

Boite urbaine A: je ne possède pas cette boite urbaine, mais signalé le 19/09/1898 par Jacques Foort.

Boîte urbaine B.

Boite urbaine C.

Télégramme:

Les télégrammes comportent toujours une oblitération bleue. Oblitération de type 18. Télégramme envoyé de la poste de Fourmies.

Daguin:

La Daguin est une machine manuelle pour oblitérer les plis remis à la poste. L’oblitération est double mais peut être en solo.

Daguin signalée du 25/03/1886 au 21/02/1895.

Poste ferroviaire:

  • convoyeur station:
  1. Ligne: Hirson à Laon, département N°2 et N°57 signalée de 1873 à 1877.

    Lignes Lille-Fives à Hirson et Hirson à Laon. Elles sont un même prolongement.
    Ces deux lignes de chemin de fer sont ouvertes simultanément le 30/10/1869.

    Fourmies: cette station du département N°57 est la tête de ligne ainsi que le terminus, mais elle n’est pas comprise entre Hirson et Laon. Fourmies se trouve à une quinzaine de km avant Hirson.

    3 départs de train par jour: O.1.2.

    Aller, H. LAON.

    FOURMIES

    Je ne possède pas cette oblitération

    Retour, LAON. H.

    FOURMIES

    Je ne possède pas cette oblitération

  2. Ligne: Aulnoye à Hirson, département N°57, signalée de 1874 à 1877.

    Jusqu’au mois d’avril 1876, le convoyeur n’a pas le droit d’oblitérer les timbres, cela est réservé au bureau ambulant (d’où la grille en losange oblitérant le timbre), au bureau de passe ou au bureau fixe.

    La ligne Aulnoye-Hirson est mise en service le 30/10/1869. Elle est rattachée à la ligne de Lille le 01/09/1872, ce qui donne l’axe Lille via Aulnoye jusqu’à Hirson.

    3 départs de train par jour: O.1.2.

    Il vous faut comprendre que trois convoyeurs ramassaient le courrier en relevant les boîtes aux lettres des gares qui jalonnaient leur parcours. Mais il pouvait y avoir plus de trains sur cette ligne, simplement ces trains de voyageurs n’étaient pas pourvus de convoyeurs.

    Aller, ANLN. H.

    AULNOYE

    Je ne possède pas cette oblitération

    DOMPIERRE

    Je ne possède pas cette oblitération

    AVESNES.S.HELPE

    Je ne possède pas cette oblitération

    SAINS, porte le département N°2, simplement dû à une erreur.

    Je ne possède pas cette oblitération

    FOURMIES

    ANOR

    Je ne possède pas cette oblitération

    Retour, H. AULN.

    ANOR

    Carte postale pour Reims du 08/07/1876. Tarif du 01/09/1871: 15c.

    FOURMIES

    Lettre de Fourmies pour Tourcoing du 01/04/1874. Tarif du 01/09/1871, 1er échelon, de bureau à bureau: 25c pour un poids jusqu’à 10g.

    SAINS, porte le département N°2, simplement dû à une erreur.

    Lettre de Sains (se nomme aujourd’hui Sains du Nord) pour Trélon du 17/10/1876. Tarif du 01/01/1876, 1er échelon, de bureau à bureau: 25c pour un poids jusqu’à 15g.

    AVESNES.S.HELPE

    Lettre d’Avesnes sur Helpe du 28/01/1876 pour Charleroi en Belgique. Tarif du 01/01/1876, 1er échelon, pour l’étranger: 30c pour un poids jusqu’à 15g.

    Lettre d’Avesnes sur Helpe pour Pont sur Sambre du 25/10/1876. Tarif du 01/01/1876, 1er échelon, de bureau à bureau: 25c pour un poids jusqu’à 15g.

    DOMPIERRE

    Je ne possède pas cette oblitération

    AULNOYE

    Pas recensé à ma connaissance.

  3. Convoyeur-ligne:

Type 2 en aller/retour, type 3 en aller uniquement.

Type 2.
Ce convoyeur avait comme trajet: Fourmies, Sars Poteries, Solre le Château, Damousies, Ferrière, Maubeuge, Bavay, Valenciennes.

1ère guerre mondiale: le 03/08/1914 à 18 heures, l’Allemagne déclare la guerre à la France.

Plan Schlieffen. Août 1914. Le but de Von Moltke est d’encercler les armées françaises. https://www.groix-historique.fr/la-guerre-14-18/1914-l-%C3%A9t%C3%A9-meurtrier/la-bataille-des-fronti%C3%A8res/
Carte postale partie de Fourmies le 23/08, dernier jour du fonctionnement de la poste fourmisienne. Carte pour les Ardennes. Territoire envahi par les allemands, ce pli est détourné vers le centre de distribution de Tours. Ce pli est resté en souffrance où il reçoit la flamme: lieu de destination envahi. Distribuée à une date non définie.

https://losangeschiffres.pagesperso-orange.fr/feldpost-allemande-1914-1918.html#a2

Bureaux sédentaires.

Carte postale envoyée via la feldpost par un soldat de la 4ème armée, le 06/09/1914. Oblitération prussienne.
Carte postale envoyée via la feldpost par un soldat du 8ème régiment de réserve , le 04/09/1914. Oblitération prussienne. Dans ses mémoires, le général français Foch écrira: «Il faut l’avouer, l’emploi que les Allemands ont fait en août 1914 de leur corps d’armée de réserve a été une surprise pour nous et cette surprise est à l’origine des erreurs qui ont été commises, en particulier en ce qui concerne l’étendue de leur manœuvre vers le nord». Pour l’état major allemand, les troupes de réserve seront employées comme des troupes actives. Bilan: 1/6 des pertes françaises sur l’étendue de la guerre, soient 329 000 hommes qui seront tués, blessés ou prisonniers les deux premiers mois de la guerre. Rien que pour la journée du 22 aout 1914, 27 000 soldats français vont mourir au combat.
Oblitération prussienne.
Pli proposé dans une vente sur offre. Tampon double cercle: Cachet gare de Fourmies. Ambulant Thielt-Charleville Z.5 du 12/12/1915.
Hôpital militaire allemand de Fourmies, carte datée du 23/05/1916. Oblitération prussienne.
Carte postale écrite à Fourmies le 24/08/1916. Oblitération prussienne. Le petit a dans la couronne indique le nombre de cachet utilisé pour un même bureau. Il peut y en avoir jusque quatre.
Hôpital militaire allemand de Fourmies, carte datée du 10/05/1918.
Carte écrite par un travailleur civil réquisitionné.

Tarif frontalier:

https://losangeschiffres.pagesperso-orange.fr/tarif-frontalier.html

Bande de journal:

Au départ de Fourmies Nord pour une arrivée à Origny en Thiérache Aisne le 28 août 1888.

PP journaux: (port payé journaux)

Signalé du 10/01/1898 au 16/12/1904.

Mémorandum du type 15 au type 04:


Type 15 avec trois sous types.

Type 17 avec un sous type.
Type 18, pas de sous type.
Type 1884 A1, pas de sous type.

Type 1884 A2 avec trois sous types.
Type 1884 A3 avec deux sous types.
Cachet batard type 1884 A3 avec un dateur A2, trouvé sur une carte postal venant d’Italie, oblitération en arrivée.

Infos sur Fourmies jusque 1918:

  • 1599 : la première verrerie est établie.
  • 1659 : à l’instar d’Avesnes-sur-Helpe, chef-lieu de gouvernement de la ville du même nom, Fourmies (qui fait partie des villages dépendant de ce chef-lieu) devient française avec le traité des Pyrénées (Comme approximativement la moitié sud-ouest de l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe).
  • 1694 : création des étangs des Moines (trois étangs sont creusés et mis en eau).
  • Les fabriques de fil à dentelle s’installent au début XVIII siècle, les premières filatures de coton à la fin XVIII siècle.
  • 1774 : première filature de lin « retors et blanchis » à la façon de Hollande, créée par Jean Staincq et Nicolas Legrand.
  • xix e siècle : les filatures de laine s’installent au début du xixe siècle.
  • 1805 : 1re fabrique de bonneterie de coton.
  • 1810 : 1re filature de coton appelée « La Vieille », fondée par Louis-Joseph Legrand.
  • 1820 : Fourmies compte 2 000 habitants.
  • 1822 : présence d’une verrerie, 2 filatures de coton, 3 fourneaux à fondre le minerai de fer.
  • 1825 : Naissance de l’industrie lainière grâce à Théophile Legrand qui crée la première filature sur Fourmies. Dès 1825, il construit la filature Le Malakoff pour se lancer dans la laine peignée.
  • 1830-1890 : L’âge d’or de l’industrie lainière.
  • 1866 : construction de la ligne de chemin de fer qui va de Valenciennes à Hirson.
  • 1868 : la «verrerie noire » voit le jour à Fourmies (production de bouteilles de champagne). Le dernier four à verre noir s’éteint à Fourmies en 1958.
  • 1869 : arrivée du chemin de fer à Fourmies avec la mise en service, le 30 octobre 1869, de la section de chemin de fer Aulnoye-Hirson.
  • 1872 : Apogée de l’industrie lainière à Fourmies.
  • 1874 : Création de la Société du commerce et de l’industrie lainière de la région de Fourmies.
  • 1877 : Mort de Théophile Legrand, fondateur de l’industrie lainière et acteur principal de l’essor de Fourmies.
  • 1885 : Une deuxième ligne de chemin de fer dessert Fourmies jusque Maubeuge. À partir du 01/09/1885, la ligne est exploitée commercialement. Victime du développement de la motorisation individuelle, le service voyageur sera supprimé sur toute la ligne le 28/09/1969.
  • Le 01/05/1891: Fusillade de Fourmies, première célébration française de la journée internationale des travailleurs. À Fourmies (Nord), la troupe tire sur les grévistes pacifiques : neuf morts, dont huit manifestants de moins de 21 ans, parmi lesquels une jeune ouvrière qui restera comme un symbole, Maria Blondeau, et 35 blessés.
  • De 1820 à 1891, le développement de l’industrie textile contribue à voir la population de la commune passer 2 000 à 16 000 habitants. Fourmies devient le premier centre mondial de laine peignée. Les deux guerres mondiales puis la concurrence des pays émergents vont conduire à la fermeture successive des usines textiles. À ce jour, il ne reste plus qu’une seule usine textile à Fourmies.
  • 1891 : Fourmies compte 37 filatures (près de 50 pour la région de Fourmies).
  • 1906 : recensement de la population : 13 641 habitants pour 2 060 maisons et 3 859 ménages.
  • 1910 : La production de laine peignée de la région de Fourmies vient en tête de la production française avec 23 millions de kg (47 % de la production nationale).
  • 1914-1918 : Du  jusqu’à presque l’armistice, la Ville est occupée par les troupes allemandes. Sur le plan économique, 88 % du potentiel industriel est détruit durant l’occupation. Sur le plan des infrastructures ferroviaires, le viaduc (longueur 110 mètres, composé de six arches de 16,50 m en maçonnerie de brique) qui permet de franchir la vallée de l’Helpe Mineure est détruit par le génie français le  à l’approche des troupes ennemies. Toutefois, en 1915, il est reconstruit en provisoire (en bois) par le Génie allemand en 40 jours avec 600 hommes. Les Allemands reconstruisirent le pont en dur (pilastres en briques et longerons métalliques) avant la fin de la guerre 1914-1918. L’ouvrage, après plusieurs campagnes de renforcement, sera reconstruit ensuite en 1979. Le , les plénipotentiaires allemands arrivant de Spa (Belgique) font une halte à Fourmies avant de franchir les lignes pour proposer le premier armistice de la fin de la première guerre mondiale. Le  marque la débâcle allemande à Fourmies.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fourmies

https://www.retronews.fr/video/1891-le-massacre-des-ouvriers-de-fourmies

http://chris59132.canalblog.com/archives/2021/11/22/39230798.html

http://chris59132.canalblog.com/archives/2018/02/17/36149702.html

http://chris59132.canalblog.com/archives/2019/07/18/37507023.html

https://www.persee.fr/doc/rnord_0035-2624_1998_num_80_325_6008

https://www.groix-historique.fr/la-guerre-14-18/1914-l-%C3%A9t%C3%A9-meurtrier/la-bataille-des-fronti%C3%A8res/

Un week-end entre Trélon et Fourmies, en Avesnois

Biblio:

4 réflexions sur « Fourmies, Nord. Marcophilie 1ère partie (1794-1918) »

  1. Bonjour,

    Très intéressante étude, même si je n’ai pas encore tout lu, ça paraît très complet et riche.
    Merci pour ce partage.

    Je me permet de signaler une erreur dans l’interprétation de la taxation de la lettre du 15/02/1835 de Fourmies à Esperaza (Aude) avec TAD de Avesne au type 12.

    Le 1D rural en rouge (couleur réglementaire depuis 1834) correspond à la taxe d’une boîte rurale (Fourmies) vers sa direction, mais il se RAJOUTE à la taxe de bureau à bureau (Avesnes vers vraisemblablement Limoux, Esperaza n’ayant à priori pas de bureau de poste).

    N’étant pas un spécialiste du département de l’Aude, je prends quelques précautions oratoires.

    La taxe entre bureaux se calcule depuis le 01/01/1828 en ligne droite. La distance séparant Avesnes de Limoux est de 784 km. La taxe est bien de 11 décimes pour une distance comprise entre 750 et 900 km.

    Au final, le destinataire aura payé 11 + 1 = 12 décimes et non pas 11 comme indiqué.

    A noter que le décime rural n’est appliqué qu’une fois même si Esperaza n’a pas de bureau de poste.

    Encore bravo pour cette etude.

    Sincères salutations marcophiles.

    1. Cher collègue
      Nous vous remercions pour votre signalement, nous allons corriger cette erreur. Thierry et moi même avons certains jours, fait l’école buissonnière, d’où des lacunes en mathématiques. Nous plaidons coupable, d’autant que nous avons tous les deux, par un curieux hazard, été à l’école communale de Fourmies.

  2. bonjour et bravo pour ce travail
    concernant FOURMIES et sa machine Daguin, on connait ce qui semble être la première date connue de son utilisation le 2 FEVR 86
    j’ai l’image vue sur DELcampe que je peux vous transmettre si vous le souhaitez
    François Cas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *