La poste ferroviaire et le chemin de fer du Liban et de la Syrie 1920/46.

La poste ferroviaire et le chemin de fer du Liban et de la Syrie 1920/46.

Les lignes de chemin de fer.

  • 1891: concession française de construction du chemin de fer Beyrouth-Damas attribuée à la Société des Chemins de fer Ottomans Economiques de Beyrouth-Damas-Hauran.
  • 1895: Ouverture du chemin de fer Beyrouth-Damas, voie de 1,05 m en août.
  • 1895: Début du chemin de fer côtier (tramway Libanais), voie de 1,05 m qui atteint Maameltein en 1908.
  • 1893: Concession accordée pour le chemin de fer Damas-Alep, plus tard modifiée à Riyaq-Alep avec une branche à Tripoli. Le nom de la société a été changé en Société des Chemins de fer Damas-Hama et prolongements (DHP).
  • 1902: Riyaq-Baalbak ouvre le 19 juin.
  • 1906: ouverture de Baalbak-Alep.
  • 1911: ouverture de Homs-Tripoli.
  • 535 - Tripoli El Mina 1930.jpg
  • 1917: la ligne Homs-Tripoli est supprimée pour une utilisation ailleurs.
  • 1941: les forces britanniques en Palestine démarrent le chemin de fer Haïfa-Beyrouth au lieu de la ligne proposée Haïfa-Riyaq qui a été abandonnée car trop difficile.
  • 1942: Le trafic militaire régulier Haïfa-Beyrouth a commencé le 24 août.
  • 1942: Beyrouth-Tripoli achevé le 18 décembre.
    533 - tn_lb-beruit-tripoli-railcar.jpg
    Autorail De Dietrich vu entre Tripoli et Beyrouth, après 1942.
  • 1946: le gouvernement libanais achète la ligne Naqoura-Tripoli pour 5 millions de livres sterling qui sera gérée par DHP.
  • 1961: création du CEL – Chemin de Fer de l’Etat Libanais.
  • 1976: Beyrouth-Damas fermée par la guerre civile.
  • 1993: Fermeture du service de banlieue Dowra-Jbeil.
  • 1997. Dernier train de ciment de Chekka à Beyrouth.
  • 2002: La locomotive diesel polonaise du train de ciment de Chekka circule encore une fois par mois dans son hangar des parcs à bestiaux de Furn el Shebbak.

La première ligne mise en service en 1895 est construite sous et pour le compte de l’Empire ottoman dans le cadre d’une concession accordée en 1891 aux Français. Le financement est réalisé avec des fonds turcs, français, anglais et italiens. Cette ligne relie Beyrouth à Damas en passant par Rayak où une gare, une forge et d’immenses ateliers sont mis en place. C’est à partir de Baabda que des crémaillères conçues spécialement pour la montagne libanaise sont posées. Elles tirent le train jusqu’à Dahr el-Baïdar. La ligne Beyrouth-Rayak-Damas, à voie étroite(1.05m), mesure 147 kilomètres dont 77 kilomètres sur le territoire libanais. Le chemin de fer traverse donc le Mont-Liban et l’Anti-Liban. La traversée est complexe avec 32 kilomètres de sections à crémaillère. Au début du XXe siècle, la société française en charge des trains au Liban s’appelle « la Société du chemin de fer Damas-Hama et prolongements (DHP) ». Les gares sont de type français, les rails et le matériel des voies étroites sont belges et les locomotives à vapeur suisses. Ce chemin de fer est inauguré le 3 août 1895.

En 1902, une deuxième ligne est mise en service. Elle relie Rayak à Baalbeck et sera prolongée jusqu’à Homs quelques années plus tard.

Après Beyrouth, une voie ferrée commerciale est construite dans le port de Tripoli. À partir de juin 1911, le chemin de fer relie Tripoli à Homs, mais cette ligne ne dure pas longtemps. Durant la Première Guerre mondiale, les troupes de l’Empire ottoman arrachent les rails, pillent les gares et confisquent le matériel pour achever la ligne Damas-Bagdad, plus importante au niveau militaire.

Les voies ont des traverses en béton et acier. Les bâtiments sont dans le style des lignes secondaires françaises. Le matériel est composé de 7 locomotives suisses à crémaillère type 031T, d’une part, et, d’autre part, de 13 locomotives-tender classiques type 130T, de voitures et de wagons du plus pur style des voies métriques françaises. Dès l’inauguration, le succès est tel que le matériel roulant est en nombre insuffisant.

Réseau ferroviaire en 1923.

En 1942, une ligne côtière reliant Beyrouth à Tripoli, construite par les troupes australiennes présentes au Liban lors de la Seconde Guerre mondiale, voit le jour. Elle est utilisée pour le transport des soldats et du matériel militaire. Au cours de la même année, une autre ligne, reliant Beyrouth à Haïfa, construite par les soldats néozélandais, et utilisée aux mêmes fins, est inaugurée. À la fin de la guerre, cette ligne est utilisée pour les transports commerciaux. Elle ne fonctionnera pas longtemps ; en 1948, peu après la création de l’État d’Israël, les tunnels à la fin de la ligne Tripoli-Naqoura sont dynamités. En 1961, le réseau ferroviaire et sa gestion relèvent désormais de l’État libanais. Le Liban connaît son âge d’or sur le plan de l’infrastructure et du tourisme de luxe. Les autoroutes remplacent le chemin de fer et la voiture se démocratise, le train décline petit à petit pour mourir en 1976, en pleine guerre civile.

Le mandat français.

Suite au délitement de l’empire Ottoman, le Liban et la Syrie vont être confiés, par la S.D.N., comme mandat à la France. Celle-ci avait comme mission d’accélérer le processus pour les peuples de ces deux pays, d’accéder à l’indépendance.

25 juillet 1920: Entrée des troupes françaises à Damas.

14 septembre 1920: Proclamation à Beyrouth par Gouraud de la création du Grand-Liban.

24 juillet 1922: La société des Nations promulgue la charte du mandat syro-libanais.

23 mai 1926: Promulgation de la Constitution libanaise.

27 septembre 1941 : Proclamation de l’indépendance de la Syrie et de celle du Liban le 27 novembre par le général Catroux haut commissaire au Levant.

30 avril 1946 : Évacuation de la Syrie par les dernières troupes françaises.

31 août 1946 : Évacuation du Liban par les dernières troupes françaises.

 

File:Mandate for Syria and the Lebanon.djvu
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mandate_for_Syria_and_the_Lebanon.djvu

Etats du Levant sous mandat français en 1938.

Informations tirées de  l’atlas colonial français de l’illustration

L’accord de San-Remo confirme les mandats prévus du pacte de la S.D.N. Depuis mai 1926, la France a constitué les états suivants: 

  • La République libanaise
  • L’Etat de Syrie
  • Les Alaouites (Lattaquié)
  • Le gouvernement du Djebel Druze 

Chemins de fer:

Le réseau Beyrouth-Rayak-Damas (147km à voie de 1.05m), le réseau Alep-Hama-Homs-Rayak (331km à voie normale), Homs-Tripoli (102km à voie normale) sont exploités par la compagnie française D.H.P. Grâce au Simplon-Orient-express, le trajet Paris-Alep est couvert en cinq jours.

le réseau Cilicie-Nord-Syrie (C.N.S.) à voie large comprend la ligne Alep-Medain-Ekbès vers Adana, la ligne Alep-Tchoban-Bey vers Nissibin et la ligne Alexandrette-Payas vers Toprak-Kalé. Ces lignes représentent une longueur de 820km.

Le chemin de fer du Hedjaz part de Damas vers Deraa sur une longueur de 123km avec embranchement de Deraa à El Hammi de 66km.

Postes:

Le service postal est assuré par 98 bureaux de poste de plein exercice et 151 recettes auxiliaires. Dans les régions de l’intérieur, le transport du courrier se fait par chemin de fer et automobiles.

Aviation:

Service régulier reliant Marseille à Beyrouth en 36h, il faut trois heures pour aller de Beyrouth à Damas et cinq jours pour relier Damas à Saigon.

 

La poste ferroviaire.

Note: N’ayant jamais rien lu sur ce sujet, je présente ici mes trouvailles. Voici ce que j’ai vu sur 30 années de recherche.

Type ambulant.

Aller, BUR.AMB (bureau ambulant) Beyrouth-Damas.

Fragment. Timbres émis en juillet 1921.

Retour?

Aller, Beyrouth à Damas. Vu du 29/04/1925 au 23/11/1930.

Fragment. Timbres émis en 1924.

Retour?

Type convoyeur.

Aller?

Retour, Damas-Beyrouth, train N°3. Vu du 22/7/36 au 24/01/40.

Aller, Homs-Tripoli. 02/10/1932.

Photocopie demandée lors d’une V.O. Sinais.

Retour?

Entrepôt:  situé dans le port de Beyrouth. Seule date vue. Poste aux armées base A.F.L. entrepôt.

Fragment.

Gares                                                    Distance en km                       Altitude en M

Beyrouth-port 2 km                  1 m                
Beyrouth-gare 0 16
Hadett 6 81
Baabda 9 204
Jamhour 12 381
Chouit-Araya 16 556
Aley 20 820
Bhamdoun  26 1073
Aïn-Sofar 30 1280
Beidar 37 1487
Mrejatt 43 1198
Jditah-Chtaura 47 1005
Said-Neil 52 914
Mallaka (Zalhé) 56 920
Rayak 65 929
 Yahfoufah 77 1136
Zerghaya 86 1372
Zebdani 97 1206
El-Téquieh 110 1093
Souk-Ouadi-Barada 114 1008
Deir-Kanoun 119 896
Ain-Figeh 123 818
Jdeideh 130 774
Hamelr 133 772
Doummar 137 728
Damas-Baramké 143 700
Damas-Kamawat 144 695
Damas-Midan 147 688

Liens

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mandate_for_Syria_and_the_Lebanon.djvu

https://www.lorientlejour.com/article/1182644/il-y-a-124-ans-la-ligne-ferroviaire-beyrouth-damas-etait-inauguree.html

http://maaber.50megs.com/issue_august03/lookout2f.htm

https://trainconsultant.com/2020/08/10/le-liban-le-temps-oublie-de-la-paix-de-la-prosperite-et-du-chemin-de-fer/

2 thoughts on “La poste ferroviaire et le chemin de fer du Liban et de la Syrie 1920/46.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *